Publié par

Quand les règles donnent des boutons

Les règles affectent notre corps tout entier, depuis notre utérus jusqu’à notre peau. En plus de la fatigue et des douleurs, certaines femmes font en effet la désagréable expérience de l’acné hormonale. D’où viennent ces fameux « boutons de règles » ? Peut-on les éviter ? Comment s’en débarrasser ? On vous dit tout !

Quelques jours avant les règles, le taux de progestérone et de testostérone augmente significativement dans l’organisme. Ces deux hormones ont la particularité de stimuler la production de sébum, cette sécrétion grasse qui évite le dessèchement de la peau mais peut aussi causer des boutons si elle produite en excès. « Juste avant les règles, les glandes sébacées tournent à plein régime. Le sébum est évacué par les pores de la peau qui devient plus grasse. » explique le Dr Nadine Pomarède, dermatologue. Le problème, c’est que ce surplus de sébum va se mélanger aux peaux mortes naturellement présentes sur notre visage et venir boucher les pores de la peau. Ce sont les fameux points noirs. « L’organisme va alors réagir en créant une inflammation. Les points noirs se transforment  en boutons rouges qui deviennent eux même des boutons blancs ». A ce stade, il faut toute la sagesse d’un maitre yogi pour ne pas les toucher ou les percer. Mission quasi impossible donc.

Ces boutons blanc, les fourbes,  sont remplis de bactéries qui n’aspirent qu’à une seule chose, contaminer  la peau saine. A force de les triturer à grands coups d’ongle, elles se propagent et créent de nouvelles inflammations. Un cercle vicieux qui peut transformer notre visage en champ de mines, surtout que, comble de la malchance, la cicatrisation est plus lente pendant les règles. En cause, une chute du taux de l’ensemble des hormones : oestrogènes, progestérone et testostérone. «L’absence d’hormone fragilise la peau qui devient plus fine, plus sèche et plus sensible aux agressions. Les marques laissées par les boutons sont plus visibles » explique la dermatologue.

S’il n’existe aucune solution miracle permettant d’éradiquer à coup sûr l’acné hormonale, il est néanmoins possible de limiter son apparition. Pour cela, il faut agir avant que les boutons n’apparaissent, soit environ 5 à 7 jours avant le début des règles lorsque les hormones commencent à grimper en flèche. Pour le Dr Pomarède « Dès que la peau devient plus épaisse et plus grasse, il faut adopter une routine de soin spécifique. Je préconise de nettoyer la peau tous les matins et tous les soirs avec un gel nettoyant et purifiant qui  va réguler le sébum». Cette période juste avant les règles est aussi le moment idéal pour faire un gommage doux qui va élimer les peaux mortes et donc limiter l’obstruction des pores. Attention toutefois à ne pas utiliser de produits trop agressifs pour la peau. «Il faut enlever l’excès de sébum mais pas décaper entièrement le visage. Le sébum est indispensable pour protéger notre peau et la rendre plus souple». Autre conseil, faire attention aux soin hydratants que l’on applique sur notre peau. « Certaines femmes utilisent des crèmes ou des huiles très grasses car elles ont généralement la peau sèche. Le problème c’est qu’à ce moment de leur cycle ces produits sont trop riches et ne sont plus adaptés ». Il ne faut donc pas hésiter à adopter deux produits distincts, une crème hydratante pendant les règles et un soin pour les peaux mixtes à grasses juste avant.

Une fois que les boutons sont installés, certains principes actifs comme le peroxyde de benzoyl et l’acide salicylique s’avèrent particulièrement efficaces pour éviter leur propagation  et accélérer leur disparition. Lorsque l’acné hormonale est très développée voir même douloureuse, il est utile de prendre rendez vous avec un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage femme. La prescription de certains traitements hormonaux ou bien un changement du mode de contraception peuvent avoir un impact très positif sur ce type d’acné.